• 1895

    Le forgeron du village
  • 1906

    La grande aventure
  • 1914

    Le retour à Saint-François
  • 1922

    Une machine qui fait jaser
  • 1930

    L’inventeur devenu fabricant
  • 1935

    Une affaire de famille
  • 1940

    Un travail d’équipe
  • 1944

    A Garant & fils Ltée
  • 1945

    Le grand virage
  • 1954

    Garant les pelles
  • 1955

    Une croissance rapide
  • 1958

    De père en fils
  • 1959

    Un million de dollars
  • 1965

    Garant Inc.
  • 1968

    L’expansion canadienne
  • 1980

    Une compétition féroce
  • 1984

    L’arrivée du plastique
  • 1986

    La quatrième génération
  • 1991

    Un bond à l’international
  • 1995

    Garant : 100 ans de croissance
  • 1996

    Garant transmet son héritage
  • 1999

    Construction d'un centre de distribution
  • 2010

    La Griffon Corporation
  • 2015

    Garant : 120 ans de progrès

1895

Le forgeron du village

Télesphore Garant érige sa forge en 1895 à Saint-François dans le but de se rapprocher de ses clients, principalement des cultivateurs. Il répare des voitures, des roues de charrettes, des socs de charrues ainsi que des crochets, des pics, des haches et bien d’autres outils de ferme.

1906

La grande aventure

Malgré les longues heures travaillées à la forge, Télesphore arrive à peine à subvenir aux besoins de sa famille. Comme plusieurs familles du Québec au tournant du vingtième siècle, il quitte son village pour les États-Unis, où il trouve un emploi plus payant. Le 6 avril 1906, Télesphore, sa femme Éloïse et leurs 8 enfants déménagent donc à Nashua au New Hampshire.

1914

Le retour à Saint-François

Quand la Première Guerre mondiale éclate, Télesphore Garant revient à sa forge de Saint-François. Son fils Alphonse le suit de près, accompagné de sa jeune épouse Albertine. Alphonse trouve un emploi à Montmagny dans une usine d’obus, il y devient un excellent machiniste. À la fin de la guerre, l’usine ferme et Alphonse perd son emploi. C’est alors qu’il va voir son père à la forge pour lui faire une proposition :

« L’père, si vous voulez, on pourrait partir quelque chose ici » (Alphonse Garant).

1922

Une machine qui fait jaser

Alphonse multiplie les expériences et met au point un tour à copier unique en son genre. À partir d’un modèle en fonte, la machine reproduit des exemplaires de roues en bois. Leurs roues font fureur dans les villages de la région. Les Garant développent aussi une technique de séchage de bois qui rend leurs produits beaucoup plus solides. À cette époque, les matériaux sont transportés dans une charrette tirée par Dandy, le gros chien de la famille.

1930

L’inventeur devenu fabricant

Alphonse travaille sans relâche pour perfectionner son tour à copier. Il produit une grande variété de manches de pelles, de haches et de fourches. La solidité de ses manches d’outils intéresse les compagnies forestières et la petite usine des Garant fonctionne à pleine capacité.

1935

Une affaire de famille

La famille grandit, Alphonse a 10 enfants, dont 4 garçons qui travaillent à la forge : Oscar, Marcel, Daniel et Irénée. Les affaires vont bien, la famille engage quelques employés pour augmenter la capacité de production; lesquels sont logés, nourris et payés 25 cents par semaine.

« Ma mère m’a donné 25 cents la première semaine. La deuxième semaine, elle m’a demandé : Te reste-t-il de l’argent? J’ai répondu : Il me reste 10 cents. Alors, elle m’a donné 15 cents. » (Daniel Garant)

1940

Un travail d’équipe

Oscar Garant, un des fils d’Alphonse, vend les produits de la compagnie de porte en porte dans les villages. Il charge la marchandise dans une remorque attachée à une vieille voiture. Il élargit ainsi le territoire de vente et commence à faire affaire avec des détaillants.

« Il revenait à l’usine quand il avait cent piastres dans ses poches. C’était suffisant pour donner du salaire à tout le monde. Quand il rentrait, il disait : “Produis, Daniel, produis tant que tu peux. Inquiète-toi pas. C’est déjà tout vendu”. Puis il reprenait la route, et revenait la semaine suivante le coffre du bazou et le trailer vides. » (Daniel Garant)

Garant

1944

A Garant & fils Ltée

Les Garant décident de former une compagnie. A Garant & fils Ltée voit le jour le 4 janvier 1944.

1945

Le grand virage

À la fin de la Deuxième Guerre, des roues plus petites en acier et dotées de pneus de caoutchouc remplacent les roues de bois sur les voitures de ferme. A Garant & fils Ltée se consacre alors à la fabrication de manches d’outils. L’usine compte 20 employés et dispose de 3 tours à copier fabriqués par Alphonse, ces tours produisent un manche à la minute. Les Garant s’adonnent aussi à la fabrication d’objets de bois et de fer tels que des colliers pour les chevaux, des brouettes, des petites voitures, des brancards, des traîneaux et même des bâtons de hockey.

1954

Garant les pelles

Les Garant fabriquent leur premier outil complet : la pelle à neige carrée en acier. Ils utilisent une presse qu’Alphonse avait achetée à l’usine d’obus de Montmagny et un moule sur mesure. Ils ajoutent ensuite la pelle ronde en acier et la pelle carrée en aluminium à leur production. L’usine fait entre 45 et 50 pelles à l’heure, c’est-à-dire environ 450 à 500 pelles par jour.

1955

Une croissance rapide

Garant agrandit ses installations et sa gamme d’outils de façon spectaculaire : fourches, râteaux, binettes, pelles et bien plus.

« Nous avions comme avantage sur nos compétiteurs d’utiliser un bois sec pour nos produits. Du bois bien sec était la garantie d’un outil de qualité, car un bois qui est sec a fini de rapetisser et ne fend pas. » (Jean-Marie Garant)

1958

De père en fils

Garant offre « la ligne la plus complète dans les manches à outils et les outils complets jamais fournie par un fabricant canadien ». Alphonse meurt en 1958 alors que la compagnie est sur le point d’atteindre son premier million de dollars de ventes. Oscar Garant succède à son père comme président de la compagnie.

1959

Un million de dollars

Garant dépasse le cap du million de dollars en ventes et rêve déjà au deuxième.

1965

Garant Inc.

A Garant & fils Ltée devient Garant Inc. en date du 31 décembre 1965.

1968

L’expansion canadienne

Garant ouvre un entrepôt à Montréal afin de desservir les grossistes et les détaillants de la région métropolitaine. Toujours en 1968, la compagnie acquiert un moulin à bois à Woodstock au Nouveau-Brunswick. Les bureaux de la maison familiale sont aussi déménagés dans un nouvel édifice.

Deux ans plus tard, Garant affiche fièrement son nom à l’extérieur du Québec devant son nouvel entrepôt de Toronto.

1980

Une compétition féroce

Au début des années 80, 38 membres de la famille Garant détiennent des actions dans l’entreprise, dont la plupart sont les enfants d’Oscar, Marcel, Irenée et Jean-Marie. À cette époque, 18 membres de la famille travaillent à temps plein pour l’entreprise. La concurrence provenant des É.-U. et de la Chine se fait de plus en plus féroce.

1984

L’arrivée du plastique

Garant expérimente la production de produits de plastique et les ajoute à sa production. Initialement, Garant fait fabriquer ses pelles de plastique par des manufacturiers de la région qui les confectionnent grâce à des procédés de pressage à chaud et d’injection. Confiant du potentiel de ses produits, Garant diversifie son offre.

1986

La quatrième génération

Le 3 janvier 1986, la compagnie est vendue à trois garçons de la quatrième génération : Louis-Marie Garant, Guy Garant et Alain Garant.

1991

Un bond à l’international

En janvier 1991, Garant est vendu à la multinationale anglaise Hanson, PLC, déjà propriétaire de Ames, une compagnie américaine d’outils d’entretien et de jardinage similaire à Garant. Ames investit plus de 3,5 millions dans la modernisation de l’usine et du moulin de Woodstock. Peu après, Garant achète des presses à injection pour sa propre usine.

1995

Garant : 100 ans de croissance

Garant célèbre ses 100 ans en 1995. Dans le mot d’introduction du livre du centenaire, le président Louis-Marie Garant écrit :

« Au fil des pages [de l’histoire de Garant], vous reconnaîtrez la débrouillardise et le courage de ces bâtisseurs d’avenir qui ont su prendre des risques bien calculés en misant sur leur expérience, leur ténacité et la qualité de leur travail et de leurs produits ». (Louis-Marie Garant)

1996

Garant transmet son héritage

Louis-Marie annonce son départ. Il laisse comme héritage une nouvelle vision de la compagnie et de solides relations d’affaires avec les consommateurs, les détaillants et les fournisseurs.

1999

Construction d'un centre de distribution

Garant investi dans la construction d’un centre de distribution à la fine pointe de la technologie à son siège social de St-François-de-la-rivière-du-sud. En 2015, la superficie de ce centre couvre 15 000 pieds carrés et un total de 8 millions de $ a été investi.

2010

La Griffon Corporation

Garant et AMES sont achetés par la Griffon Corporation en 2010. Cette compagnie d’investissement et de gestion possède un portefeuille diversifié composé de filiales en propriété exclusive. De nos jours, Garant et AMES représentent une grande part de la division de produits domestiques et de construction de Griffon , laquelle s’est agrandie et comprend maintenant Southern Patio, Northcote, Cyclone et Consolidated Foam. Ces marques sœurs procurent à Garant de belles occasions d’expansion de marché, notamment pour les pots et les jardinières.

2015

Garant : 120 ans de progrès

En 2015, Garant célèbre ses 120 ans en tant que fabricant canadien numéro un d’outils pour les tâches extérieures. Nous sommes fiers de perpétuer l’héritage de la famille Garant en continuant d’avancer et en offrant la plus haute qualité de produits et de services aux consommateurs.

Nous avons également présenté une toute nouvelle gamme de balais à neige munis d’une tête en mousse qui balaye la neige sans endommager la voiture. Ces balais sont une innovation majeure qui promet de nous ouvrir bien des portes dans le marché des outils de déneigement.